Naissance d’un éléphant, exceptionnel

Naissance d’un éléphant, exceptionnel

Naissance d’un éléphant, exceptionnel

Alice, guide de safari de la réserve Maasai Mara au Kenya, a récemment capturé des images rares : celles de la naissance d’un éléphant. Aussitôt que l’éléphante met bas, des dizaines d’éléphants se ruent autour d’elle pour aider le nouveau-né. Une démonstration émouvante et inspirante de solidarité chez les animaux.

Wikipédia: Un éléphant d’Afrique mâle adulte mesure 3,50 mètres au garrot et pèse 5 à 6 tonnes, une femelle adulte mesure 3 mètres de haut au garrot pour une masse de 4 tonnes environ. À la naissance, l’éléphant pèse environ 120 kg. Un éléphant vit en moyenne 60 ans. Le plus grand éléphant connu a été signalé en Angola en 1974 : il s’agissait d’un mâle de 12 tonnes mesurant 4,20 m au garrot, soit un mètre de plus que la moyenne des éléphants africains.

Si les fonctions reproductrices des éléphants mâles se mettent en place vers l’âge de 10-15 ans, ils commencent à se reproduire vers l’âge de 30 ans quand ils sont suffisamment imposants pour pouvoir se battre avec d’autres mâles pour conquérir les femelles.

Les fonctions reproductrices de l’éléphant femelle apparaissent de 9 ans jusqu’à 15 ans.

Dans l’organisation matriarcale des éléphants, les mâles sont connus pour leur tempérament indépendant et ont tendance à vivre en solitaire, forgeant parfois une alliance provisoire avec un autre individu ou intégrant une bande de manière informelle. Tandis que les femelles entretiennent des liens familiaux étroits et solides.

La gestation d’une éléphante est la plus longue de tous les mammifères terrestres. Elle dure de 20 à 22 mois. La durée d’allaitement est comprise entre 36 et 48 mois7. Les mises bas s’espacent d’environ 2 ans et demi à 5 ans. La gestation est plus longue pour un éléphanteau mâle que pour un éléphanteau femelle.

Une éléphante peut être en gestation jusqu’à l’âge de cinquante ans. Dans la plupart des cas, un seul éléphant est porté ; les cas de gémellité sont très rares.

Les éléphants vivent dans une société matriarcale. Cette structure matriarcale existe depuis plus de sept millions d’années, des empreintes d’une harde d’éléphants de cette époque ayant été découvertes sur une surface de 5 hectares sur le site de Mleisa dans les Émirats arabes unis, faisant de cette piste de mammifères fossile la plus vieille de ce type et probablement la plus longue piste préservée dans le monde. Les troupeaux sont composés d’une dizaine d’éléphantes et de jeunes éléphanteaux, après la maturité sexuelle les mâles quittent le groupe. Ils errent jusqu’à ce qu’ils fassent alliance avec d’autres jeunes mâles.

C’est la première fois que je vois un tel reportage. Quelle leçon d’humanité !

The Explorers, l’application à découvrir

The Explorers, l’application à découvrir

The Explorers, l’application à découvrir

Cette application a été désignée meilleure application dans la catégorie Apple TV, lors des Apple Awards.

Cette application, française, est peu connue en France ! Elle est présente dans 170 pays, avec 17 langues. Elle est disponible sur les téléviseurs, les ordinateurs et les smartphones. Elle propose des photos et des films en ultra haute définition 4khdr et 8khdr …

Son objet : “The Explorers réalise un inventaire du patrimoine et des merveilles naturelles, culturelles et humaines de la Terre.“.

 

Agressions des animaux de ferme

Agressions des animaux de ferme

Agressions des animaux de ferme

Souvenons-nous de l’année dernière …
Au milieu des annonces sur la pandémie, chaque semaine, la télévision nous relatait des agressions d’animaux de ferme, et toujours sans la moindre explication.

Le temps a passé ; la pandémie est toujours là, mais plus d’agressions ! Et évidemment aucune explication sur le pourquoi, puis l’arrêt !
Manifestement les auteurs ont décidé de ne plus faire la Une du vingt heures.

Etrange. Ils devaient défendre une cause, ou éprouver une immense satisfaction d’un devoir (?) accompli, ou mieux, atteindre un niveau hollywoodien d’exploits. Pourquoi arrêter brutalement ?

Ils étaient incompréhensibles, et depuis cet arrêt, l’incompréhension s’est accrue.  

A. ce jour, on ne trouve aucune trace d’explication sérieuse. Certes le couvre-feu  à 18 heures complique la tâche, mais la difficulté de revenir dans l’actualité calme aussi la prise de risque.

On nous dit “il faut être fou pour agir ainsi.” Certes, mais pourquoi ils ne sont plus fous ?
“Ils veulent se faire de la pub.” Quel est l’intérêt de se faire de la pub anonyme !
“Ils se sont vengés d’un voisin, d’un collègue.” Mais comment se fait-il que c’était éparpillé en France, et pendant un certain temps. Les vengeances seraient-elles toutes assouvies ?
Les végétariens sont évidemment respectueux de la cause animale.
Enfin, quels monstres peuvent sacrifier des animaux pour … Toujours est-il que les monstres sont dans l’ombre, certainement prêts pour une nouvelle crise. 

La vigne, c’est d’abord une culture !

La vigne, c’est d’abord une culture !

La vigne, c’est d’abord une culture !

Quelques jours passés au milieu de vigne m’ont ouvert les yeux sur cette production agricole. Certes, nous consommons de temps à autre des vins de grandes qualités, de personnalités très différentes, mais il suffit de prendre le temps de regarder un vigneron, de lui demander quelques explications, pour comprendre que le vin n’est pas que de l’agriculture, mais d’abord de la culture. Depuis des siècles, et des siècles. Voici quelques pistes pour en mesurer l’importance…

L’histoire de la vigne et du vin est si ancienne qu’elle se confond avec l’histoire de l’humanité. La vigne et le vin ont représenté un élément important des sociétés, intimement associés à leurs économies et à leurs cultures. Le vin synonyme de fête, d’ivresse, de convivialité, qui a investi le vaste champ des valeurs symboliques, est aujourd’hui présent dans la plupart des pays du monde. Son existence est le fruit d’une longue histoire mouvementée. (Wikipédia)

Nul ne sait quand on a commencé cette culture, le passage de la vigne sauvage à la vigne cultivée. La carte ci-dessous montre la localisation des vestiges archéologiques . On estime que ce serait après la dernière glaciation, qui s’est terminée 11700 ans avant JC. Les experts affirment que l’homme du néolithique (-8500 ans <> -3000ans avant JC) appréciait les premiers vins !!! C’était les débuts de l’agriculture, de l’élevage, de l’outillage, de la poterie, du tissage, etc…

Sites archéologiques du Néolithique, du Chalcolithique et de l’Âge du Bronze ancien ayant livré des vestiges en rapport avec la viticulture ou l’oléiculture

Les toutes dernières découvertes sur le site de Pompéi viennent de révéler qu’une partie importante de la richesse de cette ville reposerait sur le vin, production et commerce. Les amphores que l’on retrouvent tout autour de la Méditerrannée témoignent de cette activité considérable. On retrouve plus de débris d’amphore qu’autre chose ! Le vin, et l’huile d’olive, en moindre quantité, étaient au centre des grands échanges.

Les grands pays de production sont l’Espagne (13,5%), la Chine (10,6%), la France (10,5%), l’Italie (9,1%), la Turquie (6,6% ), pour un total mondial de 7,9 millions d’hectares.

On dénombre environ 8000 cépages différents. Quand on y ajoute la nature des sols, l’ensoleillement, l’altitude, les variations de température, les évolutions des techniques, etc., on a une idée de l’étendue incroyable des connaissances développées par les vignerons.

Le vin a toujours été présent dans les pratiques religieuses. On dénombre de nombreux dieux du vin … Il est présent dans tous les livres sacrés. Seul l’Islam en interdit la consommation.

Notre “culture judéo-chrétienne” intègre totalement le vin dans tous ses rites, religieux ou non. Comment pourrait-on s’en passer ?

Ajoutons, qu’en 2019, les exportations de vins on atteint 13 milliards d’€, loin devant celles de l’Italie. 2 milliards de bouteilles ont été exportées dans plus de 200 pays. Près de 500 000 emplois directs et indirects sont générés par la viticulture sur le territoire français.

Habib, le petit potier de La Rochelle, est mort

Habib, le petit potier de La Rochelle, est mort

Habib, le petit potier de La Rochelle, est mort

Cet article a été publié par Sud Ouest Charente Maritime le 3 février 2021 …

Il résume tout ce que les Rochelais connaissait d’Habib. Sauf un détail, que j’ignorais, à savoir les problèmes créés par les services de la Ville !

Habib n’occupait aucun emplacement de commerçant. Il ne vendait rien (!) et ne percevait pas de pourboires (!!!). Il se contentait d’exister au travers de son ancien métier, de le montrer et de l’expliquer aux touristes. Le premier marchand de babioles, importées de Chine, était à une vingtaine de mètres. Il était une animation gratuite. Rien de plus.

Nous étions tous admiratifs de cette belle attitude. Quelques “fonctionnaires”, scrupuleux sur l’interprétation des textes, en avaient décidé autrement. Merci à Sud Ouest de cet hommage posthume, et honte à ceux qui détiennent des pouvoirs de petits chefs, quant à leur supérieur il ferait bien de ne plus se représenter aux élections.

Articles en relation

Revue de presse avant …

Revue de presse depuis …

70 millions d’experts

70 millions d’experts

70 millions d’experts

Ci-joint, à gauche, la couverture du livre “La Cour” (chronique du Royaume), publié en 1962, écrite par le rédacteur en chef du Canard enchaîné !

Il s’agissait de commenter, à la manière de Saint-Simon, la vie politique pendant la présidence du Général de Gaulle. C’était très drôle, pittoresque, mais oh combien exagéré, d’autant que depuis les partis politiques, qui étaient dans l’opposition d’alors, se réfèrent régulièrement à l’héritage du Général …

A la même période, la journaliste Geneviève Tabouis commentait à la radio la politique du Général dans sa célébrissime émission “Attendez-vous à savoir …”

Actuellement, nous serions 70 millions de procureurs ! Certainement excessif, mais assurément 70 millions d’experts. L’expert sait. Il est informé, il décrypte, il analyse, il prédit. Bref, il est beaucoup plus informé que le Canard enchaîné et donc un prévisionniste nettement plus pertinent que Geneviève Tabouis.

Nos “experts modernes” sont submergés par les informations, mais n’ayant pas tous fait des études journalistiques, il leur est difficile de savoir contrôler les sources, les hiérarchiser, les nuancer, etc. Dans la plupart des cas, leur conclusion précède la recherche de l’information.

Face à cette multitude d’experts en expertise, quelque soit le pouvoir en place il n’est plus possible d’obtenir un consensus national. 

Pour le Général, il a fallu attendre une soixante d’années après son départ pour remettre l’église au milieu du village !!! Alors, soyons patient, comme disait mon dernier, et compétent, expert en certitudes.