Le 5 juin 1989, Place Tian’anmen

Le 5 juin 1989, Place Tian’anmen

Le 5 juin 1989, Place Tian’anmen

La place Tian’anmen, place de la porte de la Paix céleste, est une place située au centre de Pékin. Elle est la quatrième plus grande place du monde. Sur cette place ce sont déroulés de très nombreux événements, dont notamment celui du 5 juin 1989.

Au deuxième jour de manifestations, le gouvernement chinois décida d’envoyer les chars sur la place Tian’anmen. Seul un homme « s’opposa » en restant debout face à la colonne de chars. La photo a été prise par un journaliste étranger depuis son hôtel.

A ce jour plusieurs versions sur l’identité de cet homme … Il est resté dans l’histoire comme « Tank Man ». 

Sur la photo de droite, prise moins d’une minute auparavant, on aperçoit l’arrivée des chars, on comprend la fuite des passants, mais on reste stupéfait par la détermination de « Tank Man » qui attend la colonne de chars !

Plusieurs versions sur la suite … le peloton d’exécution serait la plus vraisemblable.

Lors de la sortie de son livre “The People’s Republic of Amnesia; Tiananmen Revisited” en 2015, la journaliste Louisa Lim a présenté la photo de Tank Man dans quatre campus de Pékin. Seulement 15 étudiants sur 100 connaissaient celle-ci.

Je crois à la vertu du petit nombre ; le monde sera sauvé par quelques uns.  André Gide

Articles en relation
Liens complémentaires
Le coronavirus illustre la nocivité des réseaux sociaux

Le coronavirus illustre la nocivité des réseaux sociaux

Le coronavirus illustre la nocivité des réseaux sociaux

Dans les jours qui ont suivi les premières annonces sur la chloroquine, les réseaux sociaux se sont enflammés. A tel point, que j’ai supprimé quelques dizaines d’ « amis » qui polluaient le flot quotidien des nouvelles.
Des affirmations qui se voulaient très compétentes, des lancements de pétition, des attitudes comminatoires pour participer à la défense de leur point de vue…

Et comme toujours, le temps passe, les excités s’isolent dans leurs convictions, et les chercheurs compétents travaillent.

Maintenant, on vient de disposer de la publication de la première étude sérieuse (sur The Lancet), et de très grande ampleur, sur la chloroquine. Elle devrait calmer les esprits ! Mais le mal est fait et les intransigeants, les sectaires, les donneurs de leçons vont patienter jusqu’à leur prochaine croisade.

Les réseaux sociaux permettent à tout un chacun de devenir acteur de propagande. Ce n’est plus « le petit téléphone arabe », mais la compétition avec les tweets rageurs de Trump.

J’attends donc les actes de contrition des dizaines d’amis que j’avais mis au banc. Comme toujours, ce sera silence radio, jusqu’au prochain déferlement. Honte à Zuckerberg.

 

Malheur, les « fake-news » nous envahissent

Malheur, les « fake-news » nous envahissent

Malheur, les « fake-news » nous envahissent

Certes elles existent depuis le début de l’humanité, mais l’invention des réseaux sociaux ont fait que nous sommes devenus diffuseurs, bien souvent sans le savoir.
Nous recevons régulièrement des messages de nos « amis ». S’ils rejoignent notre sensibilité, ou plus simplement pour exister dans le groupe, nous transmettons à nos « amis ».
Tout ceci c’est la rumeur ; elle s’incruste car il n’ya pas de fumée sans feu, et mathématiquement, elle a plus d’audience que la vérité.

Professionnellement, j’avais eu l’occasion de contester les vérités de Wikipédia. Et pour ce faire, avec un ami, nous avions créé de toute part un personnage « remarquable ». Il a fallu quelques années pour qu’il soit repris tel que dans Wikipédia, et finisse un jour par devenir un des grands canulars du siècle !

La période que nous vivons atteint des sommets dans les fake-news. Les hommes politiques, les scientifiques, et le « public », tous nous ajoutons notre contribution négative à la survie du monde. Le pire est que chacun est assuré de participer à la survie en diffusant une « fake-news ».

Je plaide pour que nous ayons le courage personnel de ralentir les diffusions dont nous savons bien qu’elles sont douteuses.

Protégeons les fondations

Protégeons les fondations

Protégeons les fondations

Une fondation est une institution qui gère des fonds et œuvre pour l’intérêt général de manière non lucrative.

Selon les pays, cette institution est adaptée au droit local, mais c’est toujours le même objectif de se substituer à l’Etat par le biais de réductions d’impôts. Dans tous les cas, ces réductions sont inférieures aux impôts qui auraient été perçus.

 

Fondation Bill et Melinda Gates

Bill Gates est le créateur de Microsoft …

Il a créé la Fondation en 1994, puis en 1999 il a participé au financement de la création de Gavi Alliance (Alliance du vaccin).

En 2006, B. Gates a décidé de consacrer 95% de sa fortune à la lutte contre les maladies et l’analphabétisme.

En 2017 la dotation de la Fondation s’élevait à 50,7 milliards.

Fondation Rotary International

Le Rotary est un réseau mondial de 1,2 million de décideurs solidaires qui voient un monde où les gens se rassemblent et passent à l’action pour apporter un changement durable – dans le monde, dans leur communauté et en eux-mêmes.

La Fondation Rotary est essentiellement financée par des contributions volontaires, venant ou non de Rotariens.

Les principaux programmes sont éducatifs (bourses d’études, échanges, centres d’études sur la paix) et PolioPlus (vaccination dans le monde entier).

Les fondations ont toutes été créées par les “riches”. A ce titre, il est donc facile de les attaquer. Mais les états prouvent chaque jour leur médiocrité d’intervention par comparaison à l’efficacité des fondations.

Le tableau des contributeurs à l’OMS, ci-dessus, illustre leur importance. Le généreux donateur à une fondation est combien de fois plus efficace que l’état qui lui prélève plus d’impôt !

Mama, elle déchire … !

Mama, elle déchire … !

Mama, elle déchire … !

 

Gravement malade, Mama, agée de 59 ans est la plus vieille guenon et la matriarche de la célèbre colonie de chimpanzés du Royal Burgers Zoo à Arnhem, aux Pays-Bas.

Jan van Hooff (professeur émérite de biologie du comportement à l’université d’Utrecht, qui a connu Mama depuis 1972, lui a rendu visite la semaine avant sa mort en avril 2016.

Il a fallu un certain temps de la présence de Jan. Sa réaction était extrêmement émotionnelle et déchirante. Mama a joué un rôle social important dans la colonie.

Cela a été décrit dans “Chimpanzé Politics” de Frans de Waal, qui a étudié la colonie depuis 1974.