Georges Clemenceau, l’ardent défenseur

Georges Clemenceau, l’ardent défenseur

Georges Clemenceau, l’ardent défenseur

Georges Clémenceau est né à Mouilleron en Pareds (1300 hab.), comme le Maréchal de Lattre de Tassigny …

Georges Clemenceau (1841-1929) est un homme d’État français, président du Conseil de 1906 à 1909 puis de 1917 à 1920.

Fils de médecin et médecin lui-même, il est maire du 18e arrondissement de Paris puis président du conseil municipal de Paris au début de la Troisième République. Il est député entre 1871 et 1893, siégeant en tant que républicain radical. Il défend l’amnistie pour les communards et milite en faveur de la restitution de l’Alsace-Moselle.

Anticlérical, il prône la séparation des Églises et de l’État et s’oppose à la colonisation, faisant tomber le gouvernement Jules Ferry sur cette question. Fondateur du journal La Justice, il travaille ensuite à L’Aurore et prend une part active dans la défense du capitaine Dreyfus.

À la fin de l’année 1906, il devient président du Conseil, fonction qu’il occupe pendant près de trois ans et qu’il cumule avec celle de ministre de l’Intérieur. Fervent opposant à l’Empire allemand, il se montre en effet critique envers l’action des gouvernements français en place lors de la Première Guerre mondiale.

En novembre 1917, il est de nouveau nommé président du Conseil et forme un gouvernement consacré à la poursuite de la guerre. Partisan farouche d’une victoire totale sur l’Empire allemand, il poursuit la guerre et se voit attribuer le surnom de « Père la Victoire » à l’issue du conflit. Il négocie ensuite à la Conférence de la paix de Paris, où il affiche une forte hostilité envers l’Allemagne.

Par la suite, en 1919, il fait promulguer la loi des huit heures et remporte les élections législatives à la tête du Bloc national, une coalition rassemblant la droite et le centre.

Bien que très populaire dans l’opinion publique, il refuse de se présenter à l’élection présidentielle de janvier 1920 après avoir été mis en minorité lors du vote préparatoire du groupe républicain à l’Assemblée nationale. Il quitte alors la tête du gouvernement et se retire de la vie politique.

Mandats et fonctions : Maire du 18e arrondissement de Paris, composé pour l’essentiel de l’ancienne commune de Montmartre (1870-1871) – Conseiller municipal de Paris (1871-1876), président du conseil municipal de Paris (1875) – Député (1871 et 1876-1893) – Sénateur (1902-1920) – Ministre de l’Intérieur (1906) – Ministre de la Guerre (1917-1920) – Président du Conseil (1906-1909 et 1917-1920) – Membre de l’Académie française (élu en 1918, n’y siège jamais)

sa modeste maison de Saint Vincent sur Jardin, maison de sa fin de vie …

Nelson Mandela, le modeste triomphant

Nelson Mandela, le modeste triomphant

Nelson Mandela, le modeste triomphant

Nelson Mandela,1918-2013 est un homme d’État sud-africain ; il a été l’un des dirigeants historiques de la lutte contre le système politique institutionnel de ségrégation raciale (apartheid) avant de devenir président de la République d’Afrique du Sud de 1994 à 1999.

Mandela s’est installé dans cette modeste maison de Soweto en 1946. “C’était l’opposé du grandiose”, écrit-il dans son autobiographie, Un long chemin vers la liberté, “mais c’était ma première vraie maison en j’en étais extrêmement fier.” Il vécut ici avec sa première femme Evelyn puis avec sa seconde épouse Winnie et leurs enfants, n’y revenant que très brièvement après sa libération de prison en 1990. Peu après, sa maison devint un musée, conservée telle que quand Mandela y vivait.

La maison de Desmond Tutu, le célèbre archevêque anglican sud-africain et prix Nobel de la paix en 1984, est située dans la même rue, à moins de 100 mètres.

Pour compléter …

Liens complémentaires

Les incivilités sont des facteurs de communautarisme

Les incivilités sont des facteurs de communautarisme

Les incivilités sont des facteurs de communautarisme

L’incivilité est un comportement qui ne respecte pas une partie ou l’ensemble des règles de vie en communauté telles que le respect d’autrui, la politesse ou la courtoisie.

Chaque “communauté” a ses notions de civilité et d’incivilité. Quand une petite communauté s’élargit,  elle partage ses propres définitions, qui s’imposent peu à peu pour supplanter celles qui étaient en place …

Exemples de civilités

  • Donner la priorité aux piétons
  • Respecter les zones « non-fumeur »
  • Trier les ordures
  • Aider des personnes âgées ou handicapées
  • Donner son sang
  • La politesse
  • Se dévouer pour la collectivité
  • Le bénévolat

Exemples d’incivilités

  • Les insultes
  • Les discriminations raciales, physiques, sexuelles…
  • La pollution volontaire (jeter des papiers, des mégots par terre…)
  • Fumer dans un lieu public
  • Se garer sur une place réservée aux handicapés
  • Le tapage nocturne
  • Les tags sur les murs
  • Les dégradations de biens

Comment régler les conflits de voisinage ?

Chaque jour, nous constatons les clivages qui s’installent entre les communautés. Ce qui nous éloigne de plus en plus de notre devise nationale “Liberté, égalité, fraternité”, devise qui n’est pas celle de toutes les communautés ! Que devient un pays dont les communautés ne partagent plus le même savoir vivre ensemble ?

Pour compléter …

Liens complémentaires

Articles en relation

On ne se méfie pas assez des Gafam …

On ne se méfie pas assez des Gafam …

On ne se méfie pas assez des Gafam …

Cette vidéo illustre la puissance inquiétante des grandes sociétés leaders mondiales de l’internet.

Elles nous enregistrent, nous analysent, et les hackers, comme le gouvernement chinois, prouvent que nos informations peuvent être exploitées par des méchants !

Ne nous laissons pas abuser par leurs bons sentiments. Même pour notre bien, notre vie privée doit le rester !!!

Gafa :  Google – Apple – Facebook – Amazon / Gafam :  les Gafa + Microsoft

Le 11 juin 2020, Apple a atteint la valeur boursière de 1527 milliards de dollars. Microsoft 1474, Amazon 1325, Google 995 et Facebook 679. Soit 6000 milliards de dollars pour les Gafam.
Pour rappel, le PIB de la France a été de 2407 milliards d’euros en 2019 !

Le 5 juin 1989, Place Tian’anmen

Le 5 juin 1989, Place Tian’anmen

Le 5 juin 1989, Place Tian’anmen

La place Tian’anmen, place de la porte de la Paix céleste, est une place située au centre de Pékin. Elle est la quatrième plus grande place du monde. Sur cette place ce sont déroulés de très nombreux événements, dont notamment celui du 5 juin 1989.

Au deuxième jour de manifestations, le gouvernement chinois décida d’envoyer les chars sur la place Tian’anmen. Seul un homme « s’opposa » en restant debout face à la colonne de chars. La photo a été prise par un journaliste étranger depuis son hôtel.

A ce jour plusieurs versions sur l’identité de cet homme … Il est resté dans l’histoire comme « Tank Man ». 

Sur la photo de droite, prise moins d’une minute auparavant, on aperçoit l’arrivée des chars, on comprend la fuite des passants, mais on reste stupéfait par la détermination de « Tank Man » qui attend la colonne de chars !

Plusieurs versions sur la suite … le peloton d’exécution serait la plus vraisemblable.

Lors de la sortie de son livre “The People’s Republic of Amnesia; Tiananmen Revisited” en 2015, la journaliste Louisa Lim a présenté la photo de Tank Man dans quatre campus de Pékin. Seulement 15 étudiants sur 100 connaissaient celle-ci.

Je crois à la vertu du petit nombre ; le monde sera sauvé par quelques uns.  André Gide

Alexandre Aufrédi, un bienfaiteur hors normes

Alexandre Aufrédi, un bienfaiteur hors normes

Alexandre Aufrédi, un bienfaiteur hors normes

Ce qu’en dit Wikipédia : 

En 1196, il décide d’envoyer les sept navires de sa flotte commerciale à l’aventure vers les côtes africaines, chargés de sel et de vin. Les années passent mais ses navires ne reviennent pas.

Alexandre Aufrédy, ruiné, se voit obligé de vendre l’intégralité de ses biens, dont son hôtel particulier, pour payer ses dettes, et est réduit à la mendicité.
En 1203, il est sauvé de la misère par le retour inespéré de sa flotte commerciale qu’il croyait perdue, et dont la cargaison d’or, d’ivoire, d’épices et de bois précieux refait sa fortune.

En remerciement au Ciel, il décide de consacrer sa vie et sa fortune aux pauvres, et fonde un hôpital portant son nom où, avec sa femme Pernelle, il soignera les malades jusqu’à sa mort. L’hôpital devient militaire en 1808 et prend le nom d’hospice Aufrédy en l’An III.

Les rues St Barthélémy et de la Charité furent réunies et devinrent également d’Aufrédy en l’An III. Une rue proche s’appelle la rue Pernelle, du nom de sa femme qui resta avec lui alors qu’elle aurait pu rejoindre sa famille qui était une famille noble de La Rochelle.

Jusqu’à la fin du XIX° siècle, Aufrédy était une légende locale. Un imaginaire embelli, un exemple …

Et un historien local découvrit, dans les archives de l’hôpital, un parchemin qui était le testament d’Aufrédy ! Il avait bien consacré le reste de sa vie aux pauvres, créé un hospice où il les soigna jusqu’à sa mort, avec sa femme.

Pendant ce temps :
1202: conflit entre Philippe Auguste et Jean sans Terre
1204: quatrième croisade
1295: Marco Polo rentre de Chine
1492: Christophe Colomb traverse l’Atlantique
1498: Vasco de Gama contourne le Cap de Bonne Espérance

Copyright by Editions Rupella, 1954

Quand on recherche ce qui est publié sur Alexandre Aufrédy, notamment sur les sites rochelais, on ne trouve que très peu d’éléments, voir aucun comme les liens ci-dessous le prouvent.

Ce n’est plus une légende, mais un homme qui a eu un destin fabuleux, et qui est devenu hors normes. Il mérite autant que Bill Gates, avec sa Fondation…

Pour compléter …