La guerre commerciale des appellations protégées

18 Jan 2022 | Réflexions

Les juges américains ne cessent de nous surprendre, notamment avec les affaires de Présidence, d’abus sexuels, de frites tombées sur le sol des fast-foods, etc…

Cette fois-ci, ils franchissent une marche très importante : le mot “Gruyère” est devenu (chez eux) un mot générique, donc non protégé. Chez nous nous avons le frigidaire qui signifie réfrigérateur… Sauf que pour les américains, cette évolution du mot gruyère signifie qu’ils se donnent le droit d’en fabriquer en l’appelant Gruyère.

Evidemment c’est la remise en cause du droit commercial international, qui protège les appellations, quelque soit le pays concerné.

Je rappelle que précédemment c’était les Russes qui avaient décidé qu’en Russie le seul champagne serait du champagne russe. Selon eux, notre champagne n’est qu’un vin effervescent. Seuls leurs champagnes (!) ont le droit d’afficher “champagne” en écriture cyrillique.

Tout ceci peut paraître des anecdotes à faire sourire. Malheureusement, il s’agit de guerres commerciales qui représentent des enjeux considérables, et surtout qui peu à peu font reculer les accords internationaux existants. Même dans la Communauté européenne nous avions eu un précédent, celui de la “feta”. Ce fromage typiquement grec était devenu français, allemand, danois sous le prétexte d’être une appellation générique. Tout est rentré dans l’ordre.

Le consommateur sera toujours le perdant du non respect des accords internationaux. Nous devons donc soutenir les véritables producteurs, encore plus quand ils sont français. 

1 Commentaire

  1. On est les champions du Monde de l’administration wokiste. Si ça continue, ils arrêteront nos centrales nucléaires pour protéger le reste du monde …
    Pour information, tous les plats de “Comme j’aime”, le régime publicitaire, sont notés “A” par Nutriscore !!!

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.