La vigne, c’est d’abord une culture !

4, Mar 2021 | Promenades

Quelques jours passés au milieu de vigne m’ont ouvert les yeux sur cette production agricole. Certes, nous consommons de temps à autre des vins de grandes qualités, de personnalités très différentes, mais il suffit de prendre le temps de regarder un vigneron, de lui demander quelques explications, pour comprendre que le vin n’est pas que de l’agriculture, mais d’abord de la culture. Depuis des siècles, et des siècles. Voici quelques pistes pour en mesurer l’importance…

L’histoire de la vigne et du vin est si ancienne qu’elle se confond avec l’histoire de l’humanité. La vigne et le vin ont représenté un élément important des sociétés, intimement associés à leurs économies et à leurs cultures. Le vin synonyme de fête, d’ivresse, de convivialité, qui a investi le vaste champ des valeurs symboliques, est aujourd’hui présent dans la plupart des pays du monde. Son existence est le fruit d’une longue histoire mouvementée. (Wikipédia)

Nul ne sait quand on a commencé cette culture, le passage de la vigne sauvage à la vigne cultivée. La carte ci-dessous montre la localisation des vestiges archéologiques . On estime que ce serait après la dernière glaciation, qui s’est terminée 11700 ans avant JC. Les experts affirment que l’homme du néolithique (-8500 ans <> -3000ans avant JC) appréciait les premiers vins !!! C’était les débuts de l’agriculture, de l’élevage, de l’outillage, de la poterie, du tissage, etc…

Sites archéologiques du Néolithique, du Chalcolithique et de l’Âge du Bronze ancien ayant livré des vestiges en rapport avec la viticulture ou l’oléiculture

Les toutes dernières découvertes sur le site de Pompéi viennent de révéler qu’une partie importante de la richesse de cette ville reposerait sur le vin, production et commerce. Les amphores que l’on retrouvent tout autour de la Méditerrannée témoignent de cette activité considérable. On retrouve plus de débris d’amphore qu’autre chose ! Le vin, et l’huile d’olive, en moindre quantité, étaient au centre des grands échanges.

Les grands pays de production sont l’Espagne (13,5%), la Chine (10,6%), la France (10,5%), l’Italie (9,1%), la Turquie (6,6% ), pour un total mondial de 7,9 millions d’hectares.

On dénombre environ 8000 cépages différents. Quand on y ajoute la nature des sols, l’ensoleillement, l’altitude, les variations de température, les évolutions des techniques, etc., on a une idée de l’étendue incroyable des connaissances développées par les vignerons.

Le vin a toujours été présent dans les pratiques religieuses. On dénombre de nombreux dieux du vin … Il est présent dans tous les livres sacrés. Seul l’Islam en interdit la consommation.

Notre “culture judéo-chrétienne” intègre totalement le vin dans tous ses rites, religieux ou non. Comment pourrait-on s’en passer ?

Ajoutons, qu’en 2019, les exportations de vins on atteint 13 milliards d’€, loin devant celles de l’Italie. 2 milliards de bouteilles ont été exportées dans plus de 200 pays. Près de 500 000 emplois directs et indirects sont générés par la viticulture sur le territoire français.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *