Les Gafam vont devoir assumer leur place

3 Fév 2022 | Actualités

Chacun s’inquiète de la puissance des entreprises “Gafam”.  Il y a de quoi, car elle se sont affranchies des frontières, des banques, des droits courants. Elles se sont constituées leurs propres règles non négociables, que nous pouvons télécharger certes, mais qui les mettent en dehors de notre droit local.

Nos hommes politiques, en Europe et en Amérique, cherchent comment contrôler ces nouveaux maîtres du monde. Ils font ce qu’ils veulent, mais leurs pouvoirs financiers sont supérieurs à beaucoup d’états développés.

Pour faire simple, l’exemple d’Apple est le plus frappant. Apple c’est le Produit Intérieur Brut de la France, avec seulement 154000 salariés. Sa trésorerie lui permettait de racheter les banques françaises, cash.

Cette semaine, enfin deux bonnes nouvelles pour le consommateur citoyen de base : Spotify, première plateforme mondiale pour la musique et les podcasts, et Facebook, devenu Meta, numéro un des réseaux sociaux, subissent un choc boursier.

Spotify diffuse des podcasts d’un grand chanteur de musique country, Joe Rogan. Mais celui-ci est un activiste complotiste. Neil Young, le numéro un du country le refuse, et demande son retrait complet de Spotify. Il est suivi par des “collègues”. Réaction boursière immédiate. Les abonnés ne progressaient plus , mais si le catalogue diminue, la valeur du titre doit être revu à la baisse, immédiatement.

Quant à Facebook, les actionnaires ne cessaient d’être exigeants. Mark Zuckerberg, le pdg charismatique, annonçait toujours plus. Mais selon l’adage boursier, les arbres ne montent pas jusqu’au ciel. Il a suffit que le nombre d’utilisateurs diminuent et que les bénéfices reculent (un peu), pour une sanction du cours de bourse immédiate.

Les entreprises du Gafam seront contraintes à des remises en cause de certaines pratiques contraire aux bons droits des citoyens du monde plus rapidement par les boursiers que par les responsables politiques. 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *