Les guerres de Vendée, génocide ?

19 Mar 2021 | Réflexions

Les Noyades de Nantes en 1793, huile sur toile de Joseph Aubert, 1882

En ce moment se déroulent des procès sur le génocide rwandais. On découvre que les droits des crimes internationaux ont beaucoup évolué.

Cette évolution confirme donc le génocide rwandais, celui de l’Arménie, celui des Ouïgours et permet d’envisager une qualification pour la Guerre de Vendée.

J’avais appris au lycée que les vendéens avaient été les affreux méchants, les contre-révolutionnaires d’un futur monde moderne. Vendéen, de « sensibilité Clémenceau », je me sens très concerné le sujet “Guerre de Vendée”, et je me demande si moi aussi je ne suis pas un descendant d’une minorité opprimée, qui pourrait réclamée le rétablissement de droits !

Le nombre de minorités opprimées grandit chaque jour. On déboulonne des statues. On fait des repentances officielles. On fait des quotas, etc. Alors, pourquoi ne pas débaptiser les rues des révolutionnaires indignes de la Révolution française, responsables du génocide vendéen.

Rappel du bilan humain de la guerre de Vendée : En 2007, sous la direction de Jacques Hussenet, un nouveau bilan, prenant en compte les travaux antérieurs, surtout à partir de 1990, arrive au chiffre d’environ 170 000 morts pour les habitants de la Vendée militaire entre 1793 et 1796, soit environ 22 à 23 % des 755 000 habitants que comptaient les territoires insurgés avant le conflit. Parmi les victimes figureraient environ 20 à 25 % de républicains. Concernant plus particulièrement, les pertes de l’armée républicaine, Jean-Philippe Coullomb et Jérôme Laborieux évaluent, dans leur contribution, de 26 000 à 37 000 le nombre de tués. Jacques Hussenet estime également qu’au regard du nombre total de soldats engagés (130 000 à 150 000), le nombre de victimes militaires ne peut être supérieur à 50 000 morts ou disparus. (Wikipédia)

Un autre rappel : depuis 4500 ans, il y a eu l’empire des Perses, les multiplies empires des Indes et de Chine, l’empire Romain, les grandes invasions des barbares, les conquêtes arabes, les envahissements des Vikings, l’empire de Gengis Khan, l’empire Ottoman, etc., etc. Tout ceci au nom des races, des religions, des dictateurs.

Faut-il réécrire l’Histoire ?
A l’évidence la Turquie ne reconnaîtra pas le génocide arménien. Il est probable que France fera de même pour le génocide vendéen.
La morale qui veut réécrire l’Histoire est sectaire, radicale, et risque de nous entraîner trop loin. Laissons les statues et les noms de rue en place.

1 Commentaire

  1. N’oublions pas non plus les rues d’étrangers, comme Staline !!

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *